Anglais : quel niveau, pour quel poste ?

Par , le 03/03/2015Imprimer cet article

anglais attentes blogSur de plus en plus de postes, la connaissance ou la maîtrise d’une langue étrangère, le plus souvent l’anglais, est exigée. Anglais courant, anglais bilingue : selon les fonctions et le périmètre du poste, les besoins sont différents. Mais à quoi correspondent en réalité ces formulations ? Quelles sont les attentes des recruteurs et comment ne pas se tromper en postulant ?

Pour ne pas se tromper, être honnête sur ses compétences

Le plus souvent, lorsque la maîtrise d’une langue est demandée dans le descriptif de poste, le candidat devra passer un test (par exemple un test en anglais professionnel ou technique) au cours du processus de recrutement. Le recruteur pourra ainsi valider le niveau d’anglais du candidat et s’assurer que celui-ci est en adéquation avec les besoins de l’entreprise. Dans certaines entreprises, l’accès à un poste est conditionné par l’obtention de scores élevés aux tests de langue reconnus sur le plan international. En résumé, ne mentez pas sur votre niveau d’anglais. Si l’annonce stipule « bilingue », une excellente maîtrise de la langue est attendue ; vous ne vous en sortirez pas en bredouillant quelques mots.

Pour y voir plus clair : quelques exemples concrets

De plus en plus d’entreprises sont implantées à l’international ou ont des liens commerciaux avec d’autres basées à l’étranger. Sur les postes d’assistant(e) polyvalent ou de direction qui impliquent la gestion d’agendas, la planification des déplacements et donc les réservations à l’étranger (par e-mail ou téléphone) mais aussi le traitement de documents internationaux, un niveau d’anglais courant est souvent demandé.

De même sur les fonctions commerciales et marketing type assistant commercial (gestion de portefeuilles clients en France et en Europe, participation à des salons à l’étranger, …), chef de produit (relation avec les comptes-clés/grands comptes, développement à l’international, …) ou encore Conseiller Clientèle (au sein d’une banque internationale par exemple). On attendra des candidats qu’ils soient à même de s’exprimer de manière claire à l’oral comme à l’écrit et qu’ils présentent un bon niveau en anglais professionnel (par exemple ici, anglais des affaires).

Les fonctions import export ou ADV ne sont pas en reste évidemment. Les gestionnaires ADV export ou assistants export sont en effet amenés à être en relation avec les transporteurs internationaux, à assurer la gestion logistique et à traiter les documents douaniers par exemple. Là aussi, un bon niveau de communication en anglais est exigé.

En comptabilité également, notamment avec la mise en place de Centres de Services Partagés (CSP) en charge de la gestion de la comptabilité de toutes les filiales d’une multinationale ou au sein de cabinets en charge des bilans d’entreprises ayant des filiales à l’étranger, la demande ne cesse de croître. Comptables et contrôleurs de gestion bilingues sont ainsi très recherchés notamment pour réaliser les enregistrements comptables et les opérations de facturation clients en Europe et gérer les déclarations de TVA.

Autre besoin né de la mise en place de CSP, celui de techniciens informatiques (support/helpdesk particulièrement) bilingues anglais. Ces techniciens auront pour tâche de venir en aide aux salariés de l’entreprise qu’ils soient basés en France ou à l’étranger.

Parler anglais est, c’est certain, un plus pour votre carrière, particulièrement si vous évoluez ou souhaitez évoluer dans un groupe international. A l’inverse, la non-connaissance de la langue anglaise ou le manque de maîtrise de celle-ci peut être un frein à votre évolution professionnelle, voire parfois tout bonnement vous fermer les portes d’un recrutement.




Rejoignez-nous sur :

Partage

Sondage