Candidats : et si vos faiblesses étaient vos forces ?

Par , le 30/10/2013Imprimer cet article

Quelles sont vos qualités, vos défauts ? Vos forces, vos faiblesses ? Si de nombreux recruteurs s’accordent à dire que ces questions sont dépassées, beaucoup continuent néanmoins à les poser en entretien. Des questions qui n’obtiennent que rarement des réponses concrètes, apparaissant comme des pièges aux yeux de candidats toujours démunis, qui préféreraient qu’on les interroge sur leurs compétences plutôt que sur leurs manques. Et si ce qui apparaît comme une faiblesse était en fait une force ?

Avouer ses faiblesses en entretien est une preuve de maturité, de recul sur soi. Être conscient de ses faiblesses, c’est avoir déjà fait un pas en avant, c’est savoir qu’il y a une compétence ou un trait de caractère sur lequel il est nécessaire de progresser. Un candidat qui parle de ses faiblesses est un candidat qui se connait, qui a réfléchi à ses manques dans le but de progresser, de s’améliorer. Un tel candidat sera potentiellement plus à même de remplir la mission qu’il effectue et d’évoluer. Dès lors, la faiblesse n’en est plus une et se transforme en axe d’amélioration.

Aux yeux d’un recruteur et dans ce contexte, un candidat qui assume ses faiblesses devient alors plus rassurant qu’un candidat qui les cache ou qui n’en a pas conscience. Car les faiblesses sont toujours révélées au grand jour, à un moment ou à un autre. Mieux vaut donc pour un recruteur pouvoir sélectionner un candidat en toute connaissance de cause et l’aider à progresser une fois en poste, plutôt que d’avoir la désagréable surprise de découvrir ses faiblesses a posteriori. D’autant que les faiblesses identifiées comme telles par un recruteur ne le seront peut-être pas par un autre.

En entretien, il convient donc pour un candidat d’assumer ses faiblesses et de ne pas s’en excuser. Tout le monde a des faiblesses, personne n’est parfait. Celles que vous pouvez mettre en avant en entretien sont celles sur lesquelles vous avez des exemples à donner et celles sur lesquelles vous avez déjà commencé à progresser. D’autres sont moins avouables car elles peuvent « faire peur » ou se révéler rédhibitoires (lunatique, soupe au lait, non ponctuel…) – si vous les connaissez, vous saurez vous maîtriser. L’important est donc de bien cibler les faiblesses à présenter sans être pénalisé mais tout en restant soi-même. Ce qui compte avant tout, finalement, c’est d’être recruté par une entreprise pour ce que vous êtes, avec vos forces et vos faiblesses.




2 réponses à Candidats : et si vos faiblesses étaient vos forces ?

  1. Ping : Chronique n°80 – Utilisez ses faiblesses comme des forces | ANNE-SO LA BRETONNE

  2. Ping : Candidats : et si vos faiblesses étaient...

Rejoignez-nous sur :

Partage