Hôtellerie & Tourisme : de nouveaux métiers pour soutenir le secteur

Par , le 30/03/2017Imprimer cet article

Tourisme nouveaux métiersLa crise économique puis la vague d’attentats qui ont frappé la France ces dernières années ont durablement affectées les chiffres du tourisme. A cela s’ajoute aussi la croissance de nouveaux acteurs disruptifs comme Airbnb qui impactent fortement les chiffres de l’hôtellerie. Néanmoins, la France reste la première destination touristique du monde et les secteurs de l’hôtellerie et du tourisme représentent à eux seuls 7,4% du PIB et surtout plus de 2 millions d’emplois. Depuis le début d’année, la confiance semble revenir ce qui devrait permettre au  secteur de reprendre des couleurs même si l‘heure reste  à la prudence.

Quels impacts pour le marché de l’emploi ?

Le secteur, bien qu’en pleine mutation structurelle et secoué par les événements tragiques qui se sont joués sur le territoire en 2015 et 2016, continue de recruter.

Depuis 2016, les Français reprennent confiance dans l’économie et les marchés du tourisme d’affaires et de loisirs repartent à la hausse. Les comportements clients continuent d’évoluer, sous l’influence notamment des nouvelles technologies, et soutiennent la croissance des tours opérateurs (BtoB et BtoC) et du e-tourisme, deux acteurs particulièrement dynamiques.

Le secteur de l’hôtellerie reste quant à lui plus prudent. Il n’en reste pas moins l’un des principaux pourvoyeurs d’emplois en France car contrairement à d’autres, ces métiers ne peuvent pas être délocalisés pour offrir un service à distance. Si les recrutements ont ralenti ces dernières années, l’UMIH (Union des métiers et des industries de l’hôtellerie) entend tout de même faire du tourisme une priorité nationale pour les candidats à la présidentielle et prévoit pas moins de 200.000 recrutements ces cinq prochaines années.

Une nouvelle dynamique à l’origine de nouveaux métiers

Le secteur du tourisme est l’un de ceux qui se renouvelle le plus afin de rester en phase avec les dernières tendances et l’évolution des usages des clients. Cette nécessité d’adaptation est à l’origine de nouveaux métiers.

  • Conseiller voyages sur-mesure

Les tours opérateurs traditionnels ont subi de plein fouet la concurrence des acteurs du e-tourisme, la profession s’automatise mais dans certains marchés de niche, l’humain reste essentiel pour cibler les besoins et accompagner les clients. Aujourd’hui monsieur tout le monde s’attend à une prestation de qualité pour des vacances entièrement personnalisées. Le secteur du tourisme de loisir tire donc son épingle du jeu en misant sur des profils de conseillers voyages plus spécialisés.

Salaires : 24k à 28k € pour un junior

  • Chef de projets – Tourisme d’affaires

Le tourisme d’affaires a particulièrement été impacté par les nouvelles technologies. Les chargée de clientèle se sont peu à peu vus remplacer par des logiciels de SBT (Self-Booking-Tools). Le client entre donc dans une expérience 100% digitalisée et personnalisée selon ses besoins. Pour répondre à ces nouvelles attentes, le métier de chef de projet est aujourd’hui particulièrement recherché par les recruteurs. En plus d’une dimension commerciale, il suivra les projets de ses clients de A à Z depuis le recueil des besoins jusqu’à l’implémentation de la solution adaptée.

Salaires : 30k à 40k€ (fixe + variable) pour un junior

  • Yield Manager/Revenue Manager

Adopté dans un premier temps par les compagnies aériennes, ce métier a aujourd’hui explosé. La montée en puissance du big data a radicalement changé la façon de rechercher un voyage sur Internet. Le Yield Manager est donc très prisé des chaines hôtelières, compagnies aériennes, et autres acteurs du e-tourisme. Il a pour mission de définir la politique tarifaire, d’optimiser le taux de remplissage et de garantir la rentabilité de l’entreprise.

Il bénéficie généralement d’une formation Bac+4 ou 5 de type école hôtelière, école de commerce ou parcours universitaire équivalent. La pratique courante de l’anglais, le sens commercial, l’esprit d’analyse et la compréhension globale des enjeux et problématiques sectorielles sont indispensables.

Salaires : 30k à 38k € pour un junior

  • Data Analyst

Après les grands acteurs du retail, c’est au tour de ceux du tourisme d’analyser les comportements de leurs clients. La mission du Data Analyst est de comprendre la clientèle, ses habitudes, ses envies, en vue ensuite de proposer des offres ciblées.

Généralement issu d’un Bac + 5, le Data Analyst doit maîtriser les techniques de data mining, les statistiques, les technologies et outils informatiques de bases de données et connaître les enjeux du secteur.

Salaires : 35k à 45k € pour un junior

  • Web-marketing et Communication digitale

Pour les hôtels et tour-operators, le web est devenu un canal de vente incontournable, voire unique pour les sociétés spécialisées dans le e-tourisme. À l’heure du digital et de la guerre du référencement naturel sur Internet, les postes en communication et web-marketing (Chargé de référencement, Community Manager, etc.) sont eux aussi très prisés.

Le petit plus qui plait au recruteur

Oui, les recruteurs recherchent des profils plus techniques et polyvalents mais pas que. La personnalité et le « savoir-être » sont les premières  « compétences » exigées pour évoluer dans le secteur. Les indispensables : avoir le sens du service et savoir s’adapter à des situations aussi diverses qu’inattendues. Des compétences linguistiques sont elles aussi un pré requis pour travailler dans le tourisme, en plus de comprendre le client, elles vous permettront de gérer sans faire d’impair des cas particuliers et de faire face avec tact à des habitudes culturelles différentes.

Vous avez une question sur les métiers de Tourisme ? Contactez Sylvain Massebeuf, Directeur de la division Hôtellerie & Tourisme chez Page Personnel.

Retrouvez dans notre Etude de rémunérations plus d’informations sur les métiers et salaires du secteur du Tourisme.

 




Rejoignez-nous sur :

Partage