Intérim : voyants au vert. Et maintenant, l’emploi durable ?

Par , le 25/02/2016Imprimer cet article

intérim voyants verts70 000 emplois intérimaires avaient été perdus entre 2012 et 2014. En 2015, 50 000 ont été créés. Après l’envolée des chiffres de décembre 2015 (+9.4%), ceux de janvier 2016 se révèlent également très encourageants selon François Roux, délégué général du Prisme, qui intervenait récemment sur Europe 1.

L’intérim poursuit sa progression quasi continue depuis mars 2015. Avec une nouvelle hausse de 5,6% en janvier, l’emploi intérimaire continue de donner des signaux encourageants pour le marché de l’emploi dans son ensemble. Car comme nous le répétons régulièrement, les chiffres de l’emploi intérimaire servent en quelque sorte de données prédictives pour appréhender les mouvements à venir sur le terrain de l’emploi durable. En temps normal, lorsque l’intérim progresse, les créations d’emplois durables réapparaissent dans les 6 à 12 mois qui suivent.

François Roux, interviewé par Europe 1, ne peut cependant que constater les faits : « C’est le 13e mois quasi consécutif que nous avons une hausse, mais on ne voit toujours pas de créations d’emplois durables. Les commandes ne sont pas confirmées et les chefs d’entreprise ont recours à des formules qui leur permettent d’attendre une situation meilleure« .

« Attendre une situation meilleure » : c’est peut-être là, en effet, que tout se joue. Empêtrées dans le crise de manière quasi constante depuis 2009, les entreprises restent prudentes. D’autant plus en cette période de forte activité, du côté du Ministère de l’Emploi, comme de l’Économie. Est-il envisageable que les employeurs attendent que soit dévoilée la réforme du Code du Travail promise par Manuel Valls et Myriam El Khomri avant de relancer, éventuellement, leurs recrutements ? Quoiqu’il en soit, il apparaît clairement que le manque de confiance dans la situation économique actuelle est un frein à la relance des embauches, et de la croissance.

En attendant, l’intérim va bon train. Et si l’on garde à l’esprit que 20% des missions d’intérim spécialisé débouchent sur un CDI, on peut se dire que tout espoir n’est pas perdu. D’autant que la reprise se confirme dans tous les secteurs, y compris dans le BTP, secteur sinistré depuis plus de 3 ans.

Source : Emploi : l’intérim reste préféré au CDI, sur Europe1.fr




Rejoignez-nous sur :

Partage